Djinn

Raie de lumière solaire dans la grotte Majlis al Jinn (« place du djiin ») près de Mascate (Oman).illustration wikipédia

Raie de lumière solaire dans la grotte Majlis al Jinn (« place du djiin ») près de Mascate (Oman).
illustration wikipédia

Les djinns (arabe : جن‎ ǧinn, singulier جني ǧinnī ; parfois transcrit dgin ou jinn) sont des créatures surnaturelles issues de croyances de tradition sémitique. Ils sont en général invisibles, pouvant prendre différentes formes (végétale, animale, ou anthropomorphe) ; ils ont une capacité d’influence spirituelle et mentale sur le genre humain (contrôle psychique : possession), mais ne l’utilisent pas forcément.
Ne pas confondre le terme djinn (جِنّ [ʤin:]) avec le terme perse Djans (جان [ʤɛ:n]) qui signifie « l’Esprit Individuel d’un être », et qui est différent des Esprits de Groupe (روح [ru:ħ]), terme d’origine sémitique (רוח [rox]).

vidéo dailymotion

 

S i cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

separation1

paranormal-c3a0-la-une1 (1)

avatar-i-love-japan

Remarque adm:

28/02/2013, 21h15

Les interprétations suivant la culture varient.Ici ,ce qui nous intéresse est le fait que des choses non comprises et certains phénomènes… , des Evénements ,nous échappent. Ainsi chacun suivant sa région émet son opinion. Pour notre part nous n’ avons pas d’avis tranché.

étoiles collier séparation

Mise à jour paranormal à la une, le 28/02/2013, 21h15

cropped-184-5f51c_1152x0864.jpg

Publicités

Castaneda : mythe ou réalité(s) ?

Castaneda : mythe ou réalité(s) ?.

CastaPour qui s’intéresse, même de loin, au chamanisme, le 

nom de Castaneda sonne comme une légende. La promesse de visions extraordinaires, de pouvoirs étonnants, d’accès à d’autres réalités. Mythique et controversé, le personnage a de quoi intriguer… Quel est son apport ? Faut-il suivre sa voie ?

Tomber sur un livre de Castaneda n’est pas anodin. Des histoires de plantes savantes, de coyotes qui parlent, de métamorphoses en corbeau, de boules d’énergie ou de sorciers capables de se dédoubler, qui seraient le compte-rendu de son apprentissage auprès d’un chamane amérindien du nom de Don Juan Matus. « La nuit où tu as rencontré le papillon tu as eu, comme je l’avais prévu, un véritable rendez-vous avec la connaissance, lui aurait dit par exemple celui-ci. Tu as appris l’appel du papillon, tu as senti la poudre dorée de ses ailes, mais surtout, cette nuit-là, pour la première fois, tu as pris conscience de ”voir” et ton corps a appris que nous sommes des êtres lumineux »

L’histoire commence en 1968 lorsque Carlos Castaneda, étudiant en anthropologie, péruvien installé en Californie depuis 1951, relate dans L’herbe du diable et la petite fumée son initiation au secret d’un monde situé au-delà des limites de la perception ordinaire. Pour une génération étriquée dans la société de consommation, pour ceux qui s’interrogent sur la pertinence d’un ancrage purement matérialiste, c’est une bouffée d’air.
Les ventes s’emballent, d’autres ouvrages suivent : Voir, Le voyage à Ixtlan, Histoires de pouvoir… Anaïs Nin et Alejandro Jodorowsky adorent, John Lennon et Jim Morrison aussi. Fellini envisage de l’adapter au cinéma, Oliver Stone nomme Ixtlan Films sa maison de production. En France, ses livres sont d’abord édités par les surréalistes. De l’avis général, les quatre premiers sont d’anthologie.

Mythe ou réalité ?

 

LES FANTÔMES DU VOL 401

Vidéo dailymotion

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Article source:  http://tyron29.kazeo.com/l-au-dela/les-fantomes-du-vol-401,a2642046.html

Les fantômes du vol 401

LES FANTÔMES DU VOL 401

Les rencontres avec des spectres capables d’engager un dialogue sont, bien entendu, plus intéressantes, mais également plus rares. Ces phénomènes pourraient servir à prouver qu’il existe quelque chose au-delà de la mort. Il semble que, dans tous les cas, les « fantômes interactifs » se manifestent dans un but bien précis.

Le vol passager L-1011 allait bientôt décoller. Le technicien de vol s’apprêtait à faire les vérifications d’usage lorsque le copilote Don Repo lui dit :

« Pas besoin d’effectuer la check-list, je l’ai déjà faite. »

En temps normal, le technicien se serait contenté de remercier son collègue. Mais Don Repo n’était pas copilote sur ce vol car il ne l’était plus puisqu’il était mort !

Don Repo et son collègue le capitaine Bob Loft offrent certainement l’énigme la plus étonnante qui soit : des spectres capables d’engager une conversation et de prendre soin d’autrui. Leur histoire commence le jour où leur vie (terrestre, en tout cas) s’acheva. Le 29 décembre 1972, le vol de laEastern Airlines 401 s’écrasa dans les marais des Everglades, en Floride, avec à son bord 101 personnes. Il n’y eut aucun survivant.

Le vol se passait sans problème, jusqu’à ce que la capitaine Loft s’inquiète de savoir si le nez de l’appareil avait été bien arrimé. Don Repo alla donc vérifier visuellement ce qu’il en était en se glissant dans le « trou à rats », un petit compartiment situé sous le cockpit. La dernière chose qu’il vit avant que l’avion ne s’écrase : les marais des Everglades ! En fait, le pilote automatique était la cause de l’accident. Il était réglé pour maintenir l’appareil au-dessus de 2000 pieds. Mais il semble qu’en se déplaçant dans le cockpit, un des deux hommes ait accidentellement désengagé le pilote automatique. L’avion perdit rapidement de l’altitude et tomba à 500 pieds. Un klaxon automatique se mit en marche, mais Loft ne l’entendit pas, sans doute à cause des écouteurs qu’il avait sur les oreilles. Quant à Repo, le bruit dans le « trou à rats » était tel qu’il n’aurait pas distingué un coup de canon ! Vingt secondes plus tard, tout était fini. On retrouva les deux hommes, morts, parmi les victimes.

repo vol 401

Eastern Airlines refuse de parler de l’affaire Repo-Loft, mais de nombreuses personnes ont officiellement déclaré avoir vu Repo ou Loft, et ce en général sur des avions dans lesquels se trouvaient des pièces recyclées provenant de l’appareil des deux malheureux ! Les deux hommes auraient-ils après leur mort, veillé sur la sécurité des passagers des petits Lockheed similaires au leur ? Les personnes qui les ont vus après leur décès sont extrêmement précises dans leur description, et sont en général dignes de foi : pilotes, vice-président de la compagnie… Certaines apparitions sont particulièrement troublantes, du fait qu’elles ont plusieurs témoins. Un capitaine et ses deux assistants disent avoir vu Loft peu avant le décollage. Celui-ci leur a parlé puis a disparu. Le pilote fut tellement impressionné qu’il annula le vol. Une autre fois, une dame appela l’hôtesse pour lui demander qui était ce monsieur en uniforme de pilote, assis à côté d’elle. L’homme en question s’évanouit dans les airs devant leurs yeux ébahis. On leur montra par la suite des photos de « suspects », et elles reconnurent chacune Repo.

Il semble que les deux hommes n’aient pas simplement pour but de venir rendre visite aux vivants. Ils mettent aussi la main à la pâte- particulièrement Repo. Une hôtesse affirme avoir trouvé un jour un homme en uniforme en train de réparer un des fours de la cuisine du bord. Elle l’identifia plus tard comme étant Repo. Et Repo fut également vu par un mécanicien descendu dans le « trou à rats » vérifier ce qui causait un bruit étrange sous le cockpit. Faye Merryweather, une autre hôtesse, vit le visage de Repo dans un des fours de la cuisine d’un Tri-Star 318. Etonnée (on la comprend !), elle alla chercher deux collègues. L’une de ces personnes était un mécanicien qui avait bien connu Repode son vivant. Il le reconnut immédiatement, et l’apparition leur dit : « Attention aux risques d’incendie ! »

Peu de temps après, le vol en question connut un grave problème de moteur et dut annuler sa dernière escale. Il est intéressant de noter que la cuisine du Tri-Star 318 en question était celle de l’avion de Repo, récupérée dans les débris de l’appareil ! Tous ces faits furent dûment rapportés à laCommission pour la sécurité aérienne (un organisme totalement indépendant). Leurs commentaires sur ces « apparitions » sont les suivants :

« Les témoignages proviennent de personnes expérimentées et dignes de foi, des pilotes et leur équipage. Nous les considérons donc comme recevables. Le mécanicien de vol (…) confirme avoir vu le défunt Don Repo. » Et la Federal Aviation Agency rapporte les détails concernant un début d’incendie qui se produisit effectivement à bord de l’avion. Les deux fantômes semblent poursuivre un but précis. Le témoignage du capitaine d’un L-1011 nous éclaire plus précisément sur ce point. Don Repo lui serait apparu et lui aurait dit :

« Plus jamais il n’y aura d’accident sur un L-1011… Nous ne laisserons pas survenir d’autres accidents. »

John Spencer, suite à des recherches, a effectivement constaté qu’il n’y eut plus d’accident sur aucun appareil de ce type depuis la tragique nuit de 1972…

*

Le jeudi 03 novembre 2011 à 09h46 dans L’au-delà…

separation1

horreur-druides-00004

Mise à jour paranormal à la une, le 11/02/2013 à : 23h30.

cropped-184-5f51c_1152x0864.jpg

Histoire incroyable d’un chasseur bombardier US (B-17) sans équipage

487838_426956984051042_474432825_n

Une histoire incroyable d’un chasseur bombardier US (B-17) sans équipages:

– Le 23 novembre 1944, un B-17 très endommagé se pose sur une piste de campagne à quelques kilomètres au sud-est de Bruxelles. Personne n’en sort après l’atterrissage !!! Un officier anglais John Crisp découvre que l’avion est vide…En fait, le B-17 avec deux moteurs hors-service et deux autres donnant des signes de faiblesse avait été
abandonné en vol après le passage de la frontière belge. Le pilote expliqua qu’il avait enclenché le pilotage automatique et et s’était bien gardé de faire sortir le train d’atterrissage avant de sauter. Le B-17 se serait donc posé tout seul sur la piste !!! Force fut de constater que toutes les ouvertures de l’avion étaient fermées de l’intérieur et que la commande du train d’atterrissage était bien bloquée, preuve que celui-ci n’était pas sorti de lui-même. Alors est-ce à dire que ‘quelqu’un’ avait refermé les ouvertures et repris le contrôle de l’avion après l’évacuation de l’équipage ???.

Sources :

http://entrenous.bestdiscussion.net/t3902-retour-sans-equipage via 

http://mysteredumonde.com/article/une-histoire-incroyable-dun-chasseur-bombardier-us-sans-equipages_4753.html

separation1

Mise à jour le 11-02-2013 à 23: 00  par Era pour Paranormal à la Une

paranormal-c3a0-la-une1 (1)

1914 L’entité d’Escalante

photo-4047485-M

Rubrique de Gilles Thomas ODH TV

Un soir à la fin de l’été 1914, Claudio Rey rentrait de Lastra à Escalante (Santander, Cantabria) tard dans la soirée après avoir déposé son amie chez elle. En arrivant au coin de l’église de la ville, il a vu un homme plutôt grand, debout dans un costume lumineux. L’entité portait une sorte de tunique métallique.

Pensant que quelqu’un essayait de lui faire une farce, Claudio Rey s’est approché de l’entité, mais elle s’éloigna, gardant ses distances. Voyant qu’il ne pouvait pas l’approcher il, il a choisi de l’ignorer et reprendre la marche vers sa maison, mais en gardant toujours un œil sur le farceur.

Rey a vite découvert qu’il était suivi et s’arrêta. L’entité a fait de même, ce fut le coup d’envoi d’un jeu du chat et de la souris.

De plus en plus fatigué de cette plaisanterie, Claudio Rey a sorti un couteau et il a fait face à l’inconnu. L’être recula vers un puits à proximité. Rey pensait que l’entité allait tomber dans l’eau, mais l’entité flottait juste au-dessus. C’était à ce moment-là qu’il a commencé à ressentir de la peur.

L’entité s’est arrêtée et a commencé à faire le tour de l’église. Rey a décidé de faire le tour dans le sens inverse pour tenter d’intercepter la personne qui lui faisait cette blague.

Mais il comprit vite que ce n’était pas une personne normale mais une créature d’une taille considérable presque aussi grande que la partie supérieure du portique de l’église. L’homme se précipita chez lui en courant dans la peur, convaincue que ce qu’il avait vu n’était pas normal. Pendant sa fuite, il est tombé sur trois mineurs, qui lui ont dit qu’ils avaient vu une lumière  le long de la route.

Claudio Rey a passé une nuit d’insomnie.
Le lendemain, il pensa avoir réver ou cauchemarder, mais par curiosité, il retourna sur les lieux. Ce n’était pas un rêve puisqu’il retrouva ses propres empreintes de pas dans la boue.
Source:
http://inexplicata.blogspot.fr/

separation1

Mise à jour: Paranormal à la une, le03/02/2013, 11h35.

cropped-184-5f51c_1152x0864.jpg